Les étapes d’une célébration dans le paganisme germanique

Voici une célébration reconstruite qui correspondent assez bien aux célébrations historiquement attestées. Les étapes avec un astérisque (*) sont des ajouts volontaires pour l’adapter à notre monde moderne.

Première étape – retentissement de la lúðr

Le lur dérivé du mot norrois lúðr est une trompe de bronze utilisée lors des combats pour effrayer l’ennemi. Une trompe de chasse, un cor ou un cor des Alpes peuvent aussi bien faire l’affaire. Cette étape sert à marquer un temps d’arrêt entre les affaires du quotidien et le moment de la communion. On s’imagine qu’on soufflait dans un de ces instruments à vent lors des grandes célébrations en plein-air comme Sumarblót ou Disablót, mais pas lors d’un événement intérieur.

Deuxième étape – Remerciements des invités *

Troisième étape – Présentation des invités *

Quatrième étape – Explication des objectifs *

Cinquième étape – Mise en veille des téléphones portables *

Sixième étape – Consécration des lieux par le feu et le verbe

La déclaration traditionnelle a été faite pour la première fois de façon attestée par Ingólfr Arnarson, premier habitant officiel de l’Islande en l’an 874 :  je déclare ces lieux consacrés au nom de Thor seulement !  On fait en même temps le tour des lieux dans le sens horaire ou antihoraire selon l’heure de la journée, avec une torche dans les mains. Aujourd’hui, quelques bougies blanches ficelées ou une lanterne à bougie peuvent faire l’affaire et sont beaucoup plus sécuritaires.

Septième étape – Dépôt des figurines divines sur le hörgr

Si le goði en possède, les trois figurines ou statues traditionnelles sont Óðinn, Þórr et Freyr. Il peut les déposer sur le hörgr ou à côté, tant qu’elles sont visibles.

Huitième étape – Blótveizla

C’est le banquet sacrificiel, souvent composé d’un plat traditionnel comme un grautr et une pièce de viande ou d’une recette moderne, faute d’inspiration.

Neuvième étape – Consécration de la corne à boire

Dites : Þórr consacre cette corne ! Parce que Thor est traditionnellement le dieu qui consacre.

Dixième étape – Déversement de l’hydromel dans la corne

Une autre boisson peut aussi faire l’affaire, comme de la bière, du cidre, du jus de fruits, mais traditionnellement, c’est de l’hydromel. Évitez le vin rouge, car il pourrait tacher votre corne… Je parle en connaissance de cause !

Onzième étape – Déversement de l’hydromel dans le hlautbolli

Le contenu sera versé au pied du plus grand arbre ou du plus grand rocher que vous voyez sur les lieux. Nos ancêtres faisaient cette pratique depuis des millénaires dans les forêts européennes.

Douzième étape – Le goði asperge les mains des participants

Mélangez l’hydromel avec de l’eau, c’est moins collant… Certaines sagas disent que le goði utilise une branche sempervirente, soit une branche de conifère.

Treizième étape – Drekka full

On boit toujours dans l’ordre suivant : d’abord aux ancêtres, aux divinités et aux personnalités présentes. Il n’est pas nécessaire de boire à tous vos ancêtres ou toutes les divinités. Vous pouvez les choisir selon la circonstance. Par exemple à Dísablót, on honore plus particulièrement Freyja. Certains pratiquants rajoutent aussi un toast aux vaettir et aux amis absents. Vous êtes libres !

Quatorzième étape – Serment sur Ullhringur

Ce n’est pas une étape obligée, mais elle est grandement recommandée pendant les grandes célébrations comme Sumarblót ou Jól.

Quinzième étape – Récitation pour la paix et pour la prospérité

Le goði récite la prière traditionnelle suivante : til árs ok friðar ! Ce qui signifie : nous avons fait cela pour la prospérité et pour la paix !

Publicités