Le goði

Généralement, dans le paganisme germanique, c’est le père qui occupe la fonction de goði, c’est-à-dire le représentant de la religion dans son foyer. Il est de coutume que le fils ainé ou un frère juré, un fóstbrœðr, prenne sa place à son décès. Il est courant qu’un goði consacre son existence à une divinité spécifique. C’est le cas de l’auteur de ce site Web qui est Freysgoði, ce qui signifie que Freyr est le dieu en lequel il accorde toute sa confiance et qu’il lui voue un culte tout à fait spécial. Il existe aussi des Óðinnsgoðar, des Þórrsgoðar, etc.

Tous les renseignements récupérés avec le temps sur le rôle et les responsabilités du goði proviennent des ouvrages de The Troth, de Mark Ludwig Stinson (Jotun’s Bane Kindred) de Rod Landreth (Jotun’s Bane Kindred) et de Régis Boyer.

Un goði est l’administrateur des biens matériels nécessaires à l’exercice du culte, donc il doit veiller à consacrer, purifier et conserver le matériel nécessaire à la conduite des rites, c’est-à-dire les hauts sièges, la corne à boire, l’anneau des serments d’Ullr, les trois figurines divines, le bol sacrificiel et le marteau sacrificiel.

En ce qui concerne la présidence du culte, le goði doit savoir accomplir et diriger tous les rites. Il doit être en mesure d’enseigner comment accomplir ces rites. Il doit être capable de concevoir un rite spécifique au besoin. Il doit être capable de composer des hymnes aux divinités au besoin.

En ce qui concerne le savoir traditionnel, le goði doit avoir lu l’Edda poétique et connaître les principales divinités. Il doit appliquer le savoir traditionnel aux différentes situations de la vie quotidienne. Il doit être capable de fournir des explications claires sur toutes questions religieuses théoriques et pratiques.

Face à la communauté païenne germanique mondiale, le goði se doit de véhiculer une image positive de son foyer et du paganisme germanique en général. Cela prévaut dans ses communications écrites sur les médias sociaux et lors des événements publics ou privés. Il se doit d’être un exemple en termes de valeurs et d’éthique.

Pour terminer, le goði se doit de faire preuve de leadership, c’est-à-dire d’être capable d’encourager les actions des membres de son foyer vers l’atteinte de leurs objectifs personnels et des objectifs communs.

Publicités